MUSULMANS (FÊTES ET RITES)


MUSULMANS (FÊTES ET RITES)
MUSULMANS (FÊTES ET RITES)

MUSULMANS FÊTES & RITES

Les célébrations qui rythment la vie musulmane se répartissent suivant plusieurs cycles, journalier, hebdomadaire, annuel. Il existe aussi des célébrations exceptionnelles, comme celles qui ont été prévues pour l’an 1400 de l’hégire (1980 de notre calendrier), qui soulignent l’entrée dans un nouveau siècle. La plupart des fêtes sont déterminées par la loi religieuse, d’autres relèvent de dévotions privées, régionales ou locales.

La principale manifestation publique de la foi musulmane est l’appel à la prière ou adh n . Cinq fois par jour, du haut des minarets (ou par des haut-parleurs), la voix du muezzin retentit, proclamant à quatre reprises, puis à deux: «Dieu seul est grand» (Allahu akbar ), récitant deux fois entre-temps la formule de la shah da (attestation que Dieu est unique et que Mohammad est son envoyé) et invitant de façon pressante à la prière.

La loi musulmane ne prévoit aucun jour de repos hebdomadaire, mais elle demande à tous les hommes de se libérer chaque vendredi pour assister à la prière publique de midi à la mosquée. Précédée par une récitation rituelle du Coran et un sermon, cette prière est l’occasion d’un rassemblement général des hommes, mettant en relief la fraternité, l’égalité en face de Dieu, sans prêtres ni sacrements. L’obéissance à Dieu et la reconnaissance de sa grandeur sont exprimées autant par la parole (nombreux Allahu akbar ) que par les gestes (prosternations répétées). C’est l’acte du serviteur qui se présente devant son seigneur, qu’il aime servir; c’est aussi vis-à-vis des autres un acte de solidarité. La dimension politique y apparaît par le biais de la mention, jadis du calife régnant, aujourd’hui du souverain officiel.

Des réunions plus particulières rassemblent aussi chaque semaine des membres des confréries (sans aucun caractère obligatoire), dans des mosquées ou des lieux de prière: la récitation du Coran y est suivie par la lente psalmodie, avec de longs silences, d’un poème religieux. Le rituel varie selon les groupes. Dans beaucoup d’entre eux, pendant la psalmodie, les confrères, debout sur deux ou plusieurs rangs, balancent le haut du corps en scandant leur mouvement par une invocation, la même, indéfiniment répétée, par exemple Al-lah (Dieu), ムayy (vivant), howwa (lui). Mentionnons enfin les prières spéciales prévues par la loi, ou les chants du Coran lors d’un décès, d’une calamité publique, etc.

Les fêtes officielles du cycle annuel sont, chez les sunnites, les suivantes:

Le 1er mo ムarram (premier mois de l’année). On y célèbre le souvenir de l’hégire, cet exode qui, en 622, conduisit Mohammad et ses compagnons de La Mekke à Médine, marquant une rupture dans l’histoire de la première communauté et le commencement de son orientation politique. Chômée à cause du début de l’année de l’hégire, cette fête ne comporte pas de prières rituelles obligatoires: elle est célébrée par des veillées particulières dans les mosquées. On dessine ici ou là, à cette occasion, la colombe qui fit son nid et l’araignée qui tissa sa toile à l’entrée de la caverne dans laquelle le Prophète fugitif s’était caché, l’un et l’autre ayant dérouté ainsi les poursuivants.

Le mouled en-nabi (mawlid al-nab 稜 ; mouloud dans les dialectes maghrébins), fête de la naissance du Prophète. Cette fête, extrêmement populaire (elle est marquée par des réjouissances publiques, avec vente de douceurs pour les enfants, notamment, en Égypte, de poupées en sucre engoncées dans des robes de papier coloré), se célèbre durant les dix ou quinze soirs précédant l’anniversaire proprement dit, qui tombe le 12 rab 稜 ‘ Ier (troisième mois de l’année). Elle comporte veillées de prière, chants du Coran, réunions et cortèges de confréries avec leurs drapeaux, louanges du Prophète par des spécialistes (madd ム n ), célébrations et discours dans les écoles, etc. À la manière dont les médias se font l’écho de ces cérémonies qui se terminent par un jour de congé, on mesure la place capitale que tient la dévotion au Prophète dans le cœur des musulmans.

Deux autres fêtes, plus particulières, ne donnent lieu qu’à des veillées commémoratives dans les mosquées, sans congés: le 27 rajab (septième mois), où l’on évoque le voyage nocturne au cours duquel, suivant la tradition, l’ange Gabriel mena Mohammad, sur une monture ailée, de La Mekke à Jérusalem, puis de là au septième ciel (ce passage du Prophète par Jérusalem est une des raisons de l’attachement des musulmans à cette ville); le 15 sha‘b n (huitième mois), qui rappelle le changement de direction de la prière intervenu quelques mois après l’hégire, véritable renversement politique de la communauté (désormais, l’on priera tourné vers la Kaaba de La Mekke, et non plus vers Jérusalem, comme au temps où Mohammad espérait encore le ralliement des juifs).

Les deux plus grandes célébrations, qui constituent les deux observances essentielles de l’islam (les quatrième et cinquième piliers), sont le ramad n et le pèlerinage de La Mekke. Elles sont l’occasion de trois ou quatre jours de congé.

Le ramad n (neuvième mois de l’année) est le mois du Coran et de l’enseignement religieux, des tar w 稜 ム , ou prières spéciales à la mosquée, le soir; le mois du jeûne envisagé comme maîtrise de soi et des passions, comme acceptation de la faim en union avec les pauvres; le mois des relations sociales et des repas chez des parents et des amis le soir. Vers la fin du mois, on offre la zaka ou aumône de ramad n pour que tous puissent être heureux à l’occasion de cette fête. Le premier jour du dixième mois, c’est la fin ou rupture du jeûne (‘id al-fi レa ; au Maghreb: ‘aïd es-sgh 稜r , «petite fête «). Tous mettent de nouveaux habits et se réjouissent. Rassemblés en quasi-totalité et tournés vers le lever du soleil (à la mosquée ou sur des esplanades en plein air), les hommes répètent des centaines de fois, en chœurs puissants, Allahu akbar , proclament l’unicité de Dieu et prient pour «monseigneur Mohammad, les compagnons de monseigneur Mohammad, les épouses de monseigneur Mohammad». La réunion se termine par la prière de la fête après le lever du soleil. Dans beaucoup de pays, les fidèles vont visiter au cimetière les tombes de leur famille. Les prédicateurs insistent sur le pardon mutuel des torts et la réconciliation.

Le grand pèlerinage à La Mekke (ou ムajj ) marque surtout la vie musulmane par la fête des Sacrifices, le 10 du mois de dhul-hijja (douzième mois). Ce jour-là (‘id al-a ボムa ; ou aïd el-keb 稜r au Maghreb — «grande fête» —; tabaski en Afrique occidentale; plus justement ‘id al-qurb n , «fête de l’offrande»), en union avec les sacrifices qu’offrent les pèlerins à Mina (6 à 8 km de La Mekke), des centaines de milliers d’animaux (moutons surtout) sont immolés dans tout le monde musulman et la viande est partagée en famille ou avec les pauvres. Le don que l’on fait ainsi à ces derniers remplace l’aumône de fin de ramad n. Pour le reste, la célébration se déroule de la même façon que pour la fête de la rupture du jeûne.

Ceux qui participent au pèlerinage proprement dit (leur nombre aurait largement dépassé le million depuis 1975) vivent, en ces jours-là, une célébration inoubliable. Obligatoire une fois dans la vie pour le musulman adulte qui est libre et en a les moyens, le grand pèlerinage ou ムajj est le cinquième pilier de l’islam. Après avoir revêtu un habit sacré (l’i ムr m ), le pèlerin (homme ou femme) entre dans le territoire sacré de La Mekke, interdit aux non-musulmans. L’invocation s’élève dès lors de partout: «Nous voici, ô Dieu, nous voici...», suivie d’une proclamation de l’unité et de la gloire de Dieu. Une première série de cérémonies, héritées des Arabes antéislamiques mais purifiées de tout paganisme, se déroulent individuellement: chacun fait sept fois le tour de la Kaaba (bâtie par Abraham, selon le Coran) et effectue sept courses entre deux buttes sacrées en souvenir de la course d’Agar, affolée à la perspective de mourir de soif, avec son fils Ismaël. Une seconde série de cérémonies, collectives, se déroulent à date fixe et comportent une station dans la plaine de Arafat, entourée de montagnes, à 25 km à l’est de La Mekke, le 9 dhul-hijja , de midi au coucher du soleil. C’est le grand «pardon» de tous les péchés, l’évocation du rassemblement du Jugement dernier, la prière pour tous, l’affirmation de la solidarité dans la même tenue et de l’égalité sans aucun sacerdoce. On commémore dans l’émotion la victoire de Mohammad qui, en reprenant La Mekke en 630, a ouvert aux musulmans la route du pèlerinage. Le 10, sur la voie du retour à La Mekke, s’accomplissent les sacrifices en souvenir (pour la plupart des musulmans mais pas absolument pour tous) du sacrifice d’Abraham. On jette des pierres sur des piliers qui symbolisent Satan, ces lapidations étant reprises les 11 et 12. De ce rassemblement colossal se dégagent le sens de l’universalité de l’islam et de sa force, le sens d’une présence spéciale de Dieu.

À ces grandes célébrations s’ajoutent les fêtes ou mouleds qui se déroulent auprès des mausolées des saints et qui rassemblent souvent des foules immenses venues, dans le dénuement, visiter le tombeau de serviteurs ou de servantes de Dieu: membres de la famille du Prophète (spécialement les imams du sh 稜‘isme à Kerbela, Qom, Meched), docteurs de la loi (comme l’imam al-Sh fi‘i au Caire), fondateurs de confréries (comme Abd al-Q der al-Jil ni, à Bagdad).

Il convient de mentionner spécialement les célébrations sh 稜‘ites de l’ashoura (10 du mois de moharram ) qui commémorent la passion de Hosayn, le petit-fils du Prophète, massacré par le parti adverse, et qui comportent des flagellations et des jeux liturgiques s’étendant souvent sur plusieurs jours et inconnus dans les autres parties de l’islam.

On notera que la plupart des fêtes musulmanes suivent le calendrier lunaire et peuvent donc tomber à tous les moments de l’année. Seuls quelques rares mouleds sont célébrés à des dates fixes de l’année agricole, par exemple, le Sayyid Badawi à Tantah en Égypte, en octobre.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Musulmans — Islam Pour les articles homonymes, voir Islam (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • Guerre des deux France — Laïcité en France  Cet article concerne les applications contemporaines de la laïcité en France. Pour ses prémisses, voir Histoire de la laïcité en France …   Wikipédia en Français

  • Laicite en France — Laïcité en France  Cet article concerne les applications contemporaines de la laïcité en France. Pour ses prémisses, voir Histoire de la laïcité en France …   Wikipédia en Français

  • Laïcité En France —  Cet article concerne les applications contemporaines de la laïcité en France. Pour ses prémisses, voir Histoire de la laïcité en France …   Wikipédia en Français

  • Laïcité en France — Cet article concerne les applications contemporaines de la laïcité en France. Pour ses prémices, voir Histoire de la laïcité en France …   Wikipédia en Français

  • Laïcité en france —  Cet article concerne les applications contemporaines de la laïcité en France. Pour ses prémisses, voir Histoire de la laïcité en France …   Wikipédia en Français

  • Relations église état — Laïcité en France  Cet article concerne les applications contemporaines de la laïcité en France. Pour ses prémisses, voir Histoire de la laïcité en France …   Wikipédia en Français

  • Commission Stasi —  Pour l’article homonyme, voir Stasi (homonymie).  La commission Stasi a été une commission française présidée par Bernard Stasi (médiateur de la République de 1998 à 2004). Composée de 20 membres, cette commission de réflexion sur l… …   Wikipédia en Français

  • Grand Pontife — Pontife Pontife : du latin pontifex, étymologiquement « qui fait le pont (entre les dieux et les hommes) ». Utilisé dans la Rome antique pour désigner les membres de l un des quatre collèges sacerdotaux de la religion romaine, le… …   Wikipédia en Français

  • Pontife — Pontife : du latin pontifex, étymologiquement « qui fait le pont (sacré) ». Utilisé dans la Rome antique pour désigner les membres de l un des quatre collèges sacerdotaux de la religion romaine, le collège pontifical, ce titre… …   Wikipédia en Français